IAPC - l'Institut d'administration publique

Le Programme pour la gouvernance démocratique

"Le PGD offre aux pays participants une occasion unique d’échanger des idées sur les tendances, les pratiques exemplaires et les innovations en gestion publique grâce à son programme de jumelage." Jimmy R. Lwamafa, secrétaire permanent, ministère de la Fonction publique, Ouganda

Le Programme pour la gouvernance démocratique (PGD) est le dernier d’une série de programmes de partenariats qui ont commencé au début des années 1990. Recevant un appui financier de l’Agence canadienne de développement international (ACDI), ces programmes visent à établir des partenariats stratégiques entre les professionnels du secteur public du Canada et de la sphère internationale afin de renforcer les capacités de leurs institutions pour s’attaquer aux priorités socioéconomiques.

Deux types de nouveaux partenariats sont établis entre des institutions au Canada, en Asie, en Afrique, dans les Amériques et aux Caraïbes.  

  1. Des partenariats régionaux sont constitués entre des associations et des instituts de formation du secteur public. Des forums sont organisés pour permettre aux partenaires d’apprendre des uns des autres, de créer des prix d’excellence qui soulignent l’innovation dans le secteur public, de propager l’expertise du secteur public à l’échelle planétaire et d’encourager l’excellence dans la fonction publique partout dans le monde.
  2. Des partenariats de jumelage sont établis entre des associations et des instituts de formation du secteur public pour travailler sur un projet particulier qui appuie les priorités du partenaire international. Des fonctionnaires actifs et retraités, des nouveaux professionnels, des universitaires, des directeurs et administrateurs d’associations et à l’occasion des spécialistes du secteur privé et/ou de la société civile sont jumelés d’égal à égal pour fournir de l’aide technique en se partageant les pratiques exemplaires, les connaissances, les expériences, les politiques, la législation, les outils et les modèles de prestation de programmes et de services du secteur public.

Le programme offre également à nos participants des occasions de partager les connaissances par le biais de nos publications et événements et incorpore un élément d’intégration d’une perspective de genre.

Nos projets de partenariat ont conduit à :

  • Une meilleure prise de décision au centre du gouvernement en Ouganda grâce à la tenue d’événements de leadership politico-bureaucratique axés sur les politiques et les communications nationales.
  • Une meilleure compréhension et application de l’intégration d’une perspective de genre grâce à l’établissement d’une Unité chargée de la parité entre les sexes au sein du Département de la gestion de la fonction publique du gouvernement du Malawi, et au lancement d’un programme de formation sur le genre et le développement dans son Institut de perfectionnement des employés.
  • Un meilleur accès des citoyens aux programmes de santé par la création d’une Agence nationale de télésanté et d’informatique médicale au ministère de la Santé du Mali.
  • Une meilleure gestion de l’aménagement des terres grâce à la mise sur pied d’un système d’estimation de masse assisté par ordinateur en Namibie pour l’évaluation foncière.
  • Un meilleur accès des citoyens aux services grâce à une collaboration interrégionale et une plus grande coopération entre les hauts fonctionnaires concernant la gestion de l’environnement, la mobilisation des ressources, l’économie et les affaires aux Philippines.

"Le partenariat Namibie-Saskatchewan nous a fourni une très belle occasion de partager entre nous les procédures du Bureau du Conseil des ministres, les systèmes d’évaluation foncière et d’imposition, l’éducation pour le développement du jeune enfant. Le partenariat nous a permis de remettre en question nos acquis, de nous inspirer mutuellement, ainsi que d’appliquer nos valeurs organisationnelles qui sont l’intégrité, le professionnalisme, la conscience professionnelle et la recherche de solutions." -Équipe de partenariat Namibie-Saskatchewan

Valeurs/principes de notre travail de partenariat :

Vision partagée Toutes les parties partagent une vision commune fondée sur les priorités du partenaire international.
Collaboration Toutes les parties s’engagent à collaborer dans la planification, la mise en oeuvre, le contrôle et l’évaluation de leurs projets.
Enseignement et Apprentissage Toutes les parties reconnaissent que le partage des connaissances est à deux sens.
Pertinence Toutes les parties taillent la mise en œuvre à la mesure voulue pour complémenter les priorités, les conditions et les capacités des partenaires internationaux afin d’assurer des échanges pertinents des enseignements.
Prise en charge Toutes les parties sont responsables des activités et des réalisations des projets de partenariats.
Égalité des sexes Toutes les parties s’engagent à intégrer des principes d’égalité entre les sexes au sein de leurs projets.

Nous travaillons actuellement avec nos partenaires canadiens pour offrir une assistance technique dans les domaines suivants : GhanaIndonésia, Malawi, Mali, Namibie, Philippines, Tanzanie, Ouganda, Vietnam et le Kenya.

GHANAVérification interne et Gestion des risques

Nom officiel: République du Ghana
Chef de l’État: Président John Dramani Mahama
Prochaines élections : 2012
Capitale: Accra
Population: 24,65 millions
Indépendance: 1957 du Royaume-Uni
Indice du développement humain: 135e pays sur 187
Indice de l’inégalité des sexes: 70e pays sur 135
Revenu national brut par habitant: 1,410 $US (162e pays sur 213)
Partenaires :
• Services de la vérification interne du gouvernement de l’Alberta,
• Organisme de la vérification interne du gouvernement du Ghana,
Financé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI)

La crise économique et la marée noire de BP, entre autres évènements récents ont illustré notre vulnérabilité collective. Au fur et à mesure que l'interdépendance du monde s'accentue, la nécessité de systèmes sophistiqués pour gérer les incertitudes devient de plus en plus flagrante. Le partenariat Ghana- Alberta, qui met l’accent sur la gestion de risques, cherche à faciliter l'identification et l'atténuation des risques dans 15 ministères, agences et départements ghanéens par l'intégration de nouveaux outils et processus de gestion de risques. L’agence de vérification interne du Ghana (Ghana Internal Audit Agency), en collaboration avec l'équipe des services de vérification interne institutionnelle (Corporate Internal Audit Services) du Conseil du Trésor de l'Alberta, s'est consacrée à la conception de méthodologies appropriées en gestion de risques et à la prestation de programmes de formation pour le personnel des ministères clés de la Justice et de l'Énergie, ainsi que de l'autorité nationale chargée de l'assurance maladie au Ghana (Ghana National Health Insurance Authority).increase revenue generation.

"Quel soulagement! Nous sommes enfin sur le point de renforcer les capacités du secteur public du Ghana sur la pratique professionnelle de la gestion intégrée des risques."

Photo: Équipe Ghana-Alberta en mission au Ghana en juin 2010 : Benjamin Adjetey, Jonn Robertson, Mercy Offei-Koranteng, Kathleen Gora, Regan Mancini et Ransford Agyei.

haut de page


INDONÉSIE: Intégration des pratiques de gestion des risques dans la fonction publique

Nom officiel: République de l’Indonésie
Chef de l’État: Président Susilo Bambang Yudhoyono
Prochaines élections: 2014
Capitale: Jakarta
Population: 248,64 millions
Indépendance: 1945 des Pays-Bas
Indice du développement humain: 124e pays sur 187
Indice de l’inégalité des sexes: 90e pays sur 135
Revenu national brut par habitant: 2940 $US (140e pays sur 213)
Partenaires :
• Relations et services municipaux Nouvelle-Écosse, gouvernement de la Nouvelle-Écosse
• École d’administration publique de l’Université Dalhousie
• Ministère des Affaires intérieures, gouvernement de l’Indonésie
Financé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI)

L'une des priorités du ministère des Affaires intérieures du gouvernement indonésien est de veiller au succès de la mise en œuvre d'une politique de décentralisation en dotant de capacités les gouvernements locaux tant au niveau régional que local. L'institut du gouvernement local (Institute of Local Government/Institut Pemerintahan Dalam Negeri, IPDN) du ministère de l’intérieure vise à accomplir cette mission en formant des leaders et administrateurs gouvernementaux (nouveaux venus ou déjà en poste) et en augmentant le volume de recherches et de publications sur les politiques et pratiques gouvernementales locales.  L'IAPC, l'université Dalhousie et le gouvernement de la Nouvelle-Écosse soutiennent ces initiatives par l'intermédiaire du programme pour la gouvernance démocratique financé par l'ACDI.  Le partenariat est focalisé en particulier sur le développement des capacités en gestion budgétaire des administrateurs locaux.

Photo: Équipe Indonésie-Nouvelle-Écosse lors d'une mission en Indonésie en Novembre 2010: Regan Mancini, Sarah Carpenter, Dameria Panjaitan, Muhammad Arif Hidayat et Mark Gilbert

haut de page


MALAWI: Appui de la gestion du rendement et de la parité entre les sexes

Nom officiel: République du Malawi
Chef de l’État: Président Joyce Banda
Prochaines élections: 2014
Capitale: Lilongwe
Population: 14,90 millions
Indépendance: 1964 de la Royaume Uni
Indice du développement humain: 171e pays sur 187
Indice de l’inégalité des sexes: 65e pays sur 135
Revenu national brut par habitant: 340 $US (209e pays sur 213)
Partenaires :
• Ministère du Transport et Direction de la Condition féminine du gouvernement du Nouveau-Brunswick
• Ministère de la Gestion et du Développement des ressources humaines du gouvernement du Malawi
Financé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI)

Suite au décès du président du Malawi, Bingu wa Mutharika, en mars 2012, le Malawi et l'ensemble de l'Afrique australe ont vu pour la première fois une femme accéder à la présidence. Icône pour son pays et pour le monde entier, la présidente Joyce Banda dirige la fonction publique Malawienne, où elle aura l’occasion de mettre en œuvre des programmes d’égalité des sexes crédibles au sein du gouvernement, et de promouvoir cette égalité de manière efficace en dehors de celui-ci. Le ministère de la gestion de la fonction publique et le gouvernement du Nouveau-Brunswick soutiennent ces efforts, qui se focalisent non seulement sur le déploiement d'un système de gestion du rendement, mais également sur la mise en œuvre d'une stratégie relative à l’égalité des sexes destinée à intégrer la parité au sein de la fonction publique.

"Un partenariat dans son sens le plus vrai s’est développé entre le Malawi et le Nouveau-Brunswick – où tous les membres de l’équipe en sont venus à apprécier les défis qu’ils ont dû relever et sont en mesure de résoudre ensemble les problèmes afin d’apporter des solutions pratiques axées sur les résultats."

Photo: Partenaires Malawi-Nouveau-Brunswick lors du lancement du programme de formation de la stratégie relative à l’intégration de la femme et l’égalité des sexes pour le Service Civil Malawi au Malawi en mars 2009

haut de page


MALI: Le renforcement de la gouvernance sanitaire

Nom officiel: République du Mali
Chef de l’État: Président Dioncounda Traoré
Prochaines élections: -
Capitale: Bamako
Population: 14,52 millions
Indépendance: 1960 de la France
Indice du développement humain: 178e pays sur 187
Indice de l’inégalité des sexes: 132e pays sur 135
Partenaires :
• Gouvernement du Nouveau-Brunswick
• Ministère de la Santé du gouvernement du Mali
Financé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI)

L’IAPC travaille avec des experts du Réseau Santé Vitalité du Nouveau Brunswick pour faciliter la délivrance des services de santé de par le territoire Malien. Les activités spécifiques de ce programme, financé par l’ACDI, comprennent : la promotion d’initiatives de télésanté afin de mettre en réseau les centres sanitaires isolés, l’amélioration des structures d’entretien d’équipement biomédical, la réglementation et l’autonomisation des infirmiers/ infirmières Malien(e)s par la création d’un ordre professionnel des infirmiers et infirmières du Mali, et le développement de procédures pilotes pour empêcher la transmission d’infections dans les centres sanitaires ruraux.

Photo:  Équipe Mali-Nouveau-Brunswick lors d'une mission au Nouveau-Brunswick en août 2009.

"Les échanges avec nos partenaires du Nouveau-Brunswick m'ont permis de me réaliser pleinement sur le plan professionnel. J'étais juste un champion informel de la télésanté. Aujourd'hui, je suis directeur général de l'Agence nationale de télésanté. Cette relation m'a rassuré du fait que tout est possible, surtout dans un pays en construction comme le Mali."
-Dr. Ousmane Ly, coordonnateur de l’équipe malienne

haut de page


NAMIBIE: Poser les fondations à multiples facettes de l'éducation permanente

Nom officiel: République de Namibie
Chef de l’État: Président Hifikepunye Pohamba
Prochaines élections: 2014
Capitale: Windhoek
Population: 2,10 millions
Indépendance: 1990 de l’Afrique du Sud
Indice du développement humain: 120e pays sur 187
Indice de l’inégalité des sexes: 32e pays sur 135
Revenu national brut par habitant: 4700 $US (117e pays sur 213)
Partenaires :
• Ministère des Affaires municipales et ministère de l’Éducation du gouvernement de la Saskatchewan
• Ministère de l’Égalité des sexes et de la Protection de l’enfance du gouvernement de la Namibie
Financé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI)

Le gouvernement de la Namibie adopte une approche participative impliquant de nombreux acteurs pour élaborer un cadre d'action national,  multisectoriel et holistique pour le développement de la petite enfance. Initialement adoptée en 1996, puis révisée en 2007 sous forme de politique nationale pour le développement de la petite enfance, cette politique est à la fois innovatrice et avant-gardiste dans son approche comme dans ses contenus.

Chargé de déployer cette politique, le ministère de l’égalité des sexes et de la protection de l’enfance développe les compétences de son personnel, des centres de formation, des normes et un cadre juridique pour la prestation de programmes pré-primaires et de petite enfance.  En coopération l'institut national de perfectionnement de l’enseignement (NIED) et l’Institut namibien pour l’apprentissage ouvert (NAMCOL), le ministère de l’égalité des sexes collabore avec le gouvernement du Saskatchewan afin de soutenir la formation du personnel enseignant et administratif de la petite enfance dans le but d'accroître l'accès aux services pour les enfants âgés de 0 à 7 ans.

Le gouvernement de la Saskatchewan travaille en collaboration avec le ministère de l’Égalité des sexes et de la Protection de l’enfance et le ministère de l’Éducation de la Namibie (par l’entremise de l’institut national de perfectionnement de l’enseignement) de même que le Namibian College of Open Learning (NAMCOL) pour établir une infrastructure intégrée visant l’apprentissage des jeunes enfants. Pour les cinq prochaines années, ces partenaires vont coopérer pour appuyer la mise en oeuvre de programmes d’éducation destinés à la petite enfance et d’un cadre opérationnel pour offrir des services d'apprentissage, des possibilités de développement et des soins. Des normes seront établies pour les prestataires de services et les établissements, les manuels de formation, le matériel de sensibilisation, les ressources multimédias ainsi que les systèmes de suivi et d’évaluation des programmes. Plus d’enfants auront accès à l’éducation grâce aux services de préparation à l’école, pourront bénéficier d’une formation de meilleure qualité et pourront ainsi améliorer leur qualité de vie.

haut de page


PHILIPPINES: Changement climatique et Réduction des risques de désastre

Nom officiel: République des Philippines
Chef de l’État: President Benigno Simeon Cojuangco Aquino III
Prochaines élections: 2016
Capitale: Manila
Population: 92,34 millions
Indépendance: 1898 de l’Espagne
Indice du développement humain: 112e pays sur 187
Indice de l’inégalité des sexes: 8e pays sur 135
Revenu national brut par habitant: 2210 $US (152e pays sur 213)
Partenaires :
• Gouvernement du Manitoba
• Ministère de l’Intérieur et de l’Administration locale du Gouvernement des Philippines
Financé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI)

Les experts concordent pour dire que la fréquence et l'impact des désastres liés au changement climatique est en augmentation. En réponse à la croissance de ces risques , et aux menaces qu’ils posent aux populations vulnérables, le gouvernement du Manitoba et l'équipe d'adaptation au changement climatique de l'université Simon-Fraser collaborent avec l'IAPC pour aider les gouvernements locaux dans les zones à risque à atténuer l'impact des catastrophes naturelles. Le programme soutient des communautés pilotes dans leur mise en œuvre de l'historique loi sur le changement climatique de 2009 (2009 Climate Change Act), et de la loi Philippine sur la gestion et la réduction des risques liés aux désastres de 2010 (Philippine Disaster Risk Reduction and Management Act of 2010). Les programmes comprennent le partage des leçons retenues, les techniques et les outils de planification concernant l'adaptation au changement climatique du Manitoba et de la Colombie-Britannique, les stratégies de communication et les approches à la gestion des désastres dans les régions et municipalités.

Afin d’apporter son appui au rôle utile de formation des organismes locaux sur les changements climatiques, le gouvernement du Manitoba s’est associé à l’Académie de l’administration locale, auprès du ministère de l’Intérieur et de l’Administration locale, pour collaborer à des projets visant à apporter des solutions aux problèmes de changements climatiques et à réduire les risques de désastres. De ce partenariat de longue date, les participants canadiens partageront le savoir, les expériences et les leçons du secteur public du Canada. En plus de la participation à des ateliers et forums, les partenaires philippins feront équipe avec les institutions gouvernementales du Manitoba pour observer leurs équivalences provinciales canadiennes dans la réalisation de leurs programmes, projets et services axés sur le développement et sensibles à une représentation équitable des sexes. En augmentant la capacité du ministère de l’Intérieur et de l’Administration locale à former les organismes de l’administration locale en matière de changement climatique, ce partenariat vise à réduire les risques de catastrophes naturelles et encourager un développement socio-économique durable aux Philippines.

Photo:  Équipe Philippines-Manitoba lors d'une mission au Manitoba en août 2009.

haut de page


TANZANIE: Renforcer le leadership et l'éducation en gestion dans la fonction publique tanzanienne

Nom officiel: République-Unie de Tanzanie
Chef de l’État: President Jakaya Mrisho Kikwete
Prochaines élections: 2015
Capitale: Dar es Salaam
Population: 43,29 millions
Indépendance: 1964 du Royaume-Uni
Indice du développement humain: 152e pays sur 187
Indice de l’inégalité des sexes: 59e pays sur 135
Revenu national brut par habitant: 540 $US (197e pays sur 213)
Partenaires :
• École de la fonction publique du Canada
• Collège de la fonction publique de Tanzanie
Financé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI)

Une forte corrélation existe entre les indicateurs d'efficacité de la fonction publique et les résultats en matière de développement humain (comme l'augmentation de l'espérance de vie, de l’alphabétisme et du PIB par habitant). En reconnaissance de cette réalité, le gouvernement de la Tanzanie se focalise sur la prestation de programmes de formation pertinents afin de s’assurer de la disponibilité de personnel qualifier pour développer et mettre en œuvre les politiques publiques.

Le partenariat entre le Tanzania Public Service College (TPSC) et l’école canadienne de la fonction publique, soutenue par l’ACDI travaille sur le développement de ces programmes de formation. Les experts de l’école Canadienne collaborent avec leurs partenaires Tanzaniens afin de développer les compétences des gestionnaires de programmes Tanzanien en leadership, en gestion financière, en achats, gestion de ressources humaines.  Le TPSC espère que ces programmes deviendront facultatifs pour tout les nouveaux gestionnaires dans la fonction publique tanzanienne.

"Je suis vraiment ravi de pouvoir travailler avec le Collège de la fonction publique de Tanzanie. Et j’ai confiance que l’expérience canadienne sera utile et pertinente. Je suis impatient d’en savoir plus au sujet de l’approche de la Tanzanie oncernant la formation et le perfectionnement du secteur public."  -Gordon Owen, directeur général du partenariat et despratiques exemplaires à l’École de la fonction publique du Canada

haut de page


OUGANDA: Améliorer les capacités en matière de politiques et la gestion des ressources humaines

Nom officiel: République de l’Ouganda
Chef de l’État: Président Yoweri Kaguta Museveni
Prochaines élections: 2016
Capitale: Kampala
Population: 35,87 millions
Indépendance: 1962 du Royaume-Uni
Indice du développement humain: 161e pays sur 187
Indice de l’inégalité des sexes: 29e pays sur 135
Revenu national brut par habitant: 510 $US (199e pays sur 213)
Partenaires :
• Bureau des communications du Cabinet du gouvernement de l’Ontario et la Commission de la fonction publique de l’Ontario
• Bureau du Président et Ministère de la Fonction publique du gouvernement de l’Ouganda
Financé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI)

Dans le cadre du Programme pour la gouvernance démocratique financé par l'ACDI, l'IAPC et la fonction publique de l'Ontario collaborent avec le secrétariat au Cabinet et le ministère de la Fonction publique de l'Ouganda pour faire émerger des meneurs du changement dans l'ensemble de la fonction publique. Ce partenariat s'est traduit par de nombreux accomplissements, dont l'ouverture du « Civil Service College of Uganda », le lancement du programme de leadership et de gestion du changement, et le développement et l’obtention de l'approbation du Cabinet pour une nouvelle stratégie de communication du gouvernement de l'Ouganda.

L’équipe  entreprend présentement un examen de la capacité du gouvernement ougandais en formulation de politiques publiques, afin de renseigner un plan de formation pour les conseillers politiques.  Cette mission comprendra une revue des structures et des processus de développement de politiques, ainsi que des ressources humaines et financières qui y sont engagés.  En concordance avec ces initiatives, l'équipe travaille sur l'intégration de mesures permettant d'aborder les problèmes liés à l'égalité des sexes dans le processus d'élaboration des politiques en Ouganda.

Photo: Équipe des Politiques Ouganda-Ontario au cours d'une mission en Ouganda en Mars 2011

haut de page


VIETNAM: Améliorer la gestion de l’organisation et des ressources humaines

Nom officiel: République socialiste du Vietnam
Chef de l’État: Président Trương Tấn Sang
Prochaines élections: 2015
Capitale: Hanoï
Population: 87,84 millions
Indépendance: 1954 de la France
Indice du développement humain: 128e pays sur 187
Indice de l’inégalité des sexes: 79e pays sur 135
Revenu national brut par habitant: 1260 $US (166e pays sur 213)
Partenaires :
• Ville de Toronto
• Ville de Mississauga
• École de politique publique et et gouvernance de l’Université de Toronto
• Ministère de l’Intérieur du gouvernement du Vietnam
Financé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI)

Le gouvernement du Vietnam procède à une refonte de ses structures organisationnelles et financières afin de gérer « une économie de marché d’orientation socialiste ». Le programme principal 2001-2010 et 2010-2020 de réforme de l’administration publique, promeut le développement d’une administration publique démocratique, transparente, durable et moderne,  composée d’un cadre de fonctionnaires compétents et éthiques, adhérant à des principes socialistes. L'IAPC, la ville de Mississauga et école de politiques publiques et de gouvernance de l’université de Toronto travaillent avec l'institut des sciences organisationnelles d’état du Vietnam afin de soutenir l'institut dans la mise en place d'un cursus de maîtrise en politiques publiques et d'un programme de formation des hauts fonctionnaires vietnamiens.  L’essentiel du partenariat consiste donc au renforcement des capacités de l'institut pour lui permettre de mieux promouvoir des compétences de base en administration publique : la modernisation de la prestation de services, et la planification stratégique.

Photo: L'équipe Vietnam-Toronto lors d'une mission à Toronto en août 2010: Roscanna Scotti, Tran Van Ngoi, et Pamela Bryant.

haut de page


AFRICAN ASSOCIATION FOR PUBLIC ADMINISTRATION AND MANAGEMENT (AAPAM): Renforcement de la viabilité organisationnelle et des réseaux de l'administration publique africaine

Nom officiel: République socialiste du Vietnam
Secrétaire général: Mr. George K. Scott
Fondation: 1971
Secrétariat: Nairobi, Kenya
Membres: Plus de 500 administrateurs et cadres supérieurs de nombreux pays d’Afrique et 50 sociétés
Objectifs: L’AAPAM est une association professionnelle à l’échelle du continent qui s’applique à encourager les meilleures pratiques, l’excellence et le professionnalisme en gestion et administration publique.
Partenaires :
• l’African Association for Public Administration and Management (AAPAM)
• Institut d’administration publique du Canada (IAPC)
Financé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI)

La viabilité organisationnelle nécessite en premier lieu une organisation qui répond aux besoins de la population qu'elle sert. L'association africaine de gestion et d'administration publique (AAPAM,) se donne pour mission de promouvoir les meilleures pratiques, la recherche, le partage de connaissances et les réseaux professionnels pour les fonctionnaires de l'Afrique. Alors que l'organisation met en place de nouveaux services et programmes, elle cherche à améliorer sa capacité à offrir une valeur ajoutée à ses adhérents.  L’IAPC et l'AAPAM collaborent sur des initiatives communes visant à renforcer les capacités d’AAPAM à répondre aux besoins de ses membres, obtenir des parrainages, et rationaliser ses systèmes administratifs et financiers.

Photo: L'équipe de l'IAPC et AAPAM lors d'une mission à Ottawa en août 2010: Gabriella Ciampini, Tlohang Sekhamane, Thecla Shangali et Carole Humphries

haut de page